Pourquoi remettre à plus tard ?

Pourquoi remettre à plus tard ? - Michel-Ange Tiberi

Samedi dernier, je décide d'arrêter au magasin de portes et fenetres Deux-Montagnes pour me donner une idée de combien me coûteraient certaines rénovations que je dois faire sur notre maison, mais que je ne cesse de repousser. Je me suis stationné tout juste à côté d'une rutilante moto Harley-Davidson rouge. Elle était tout simplement wow !!! Je suis resté un moment à la regarder, car du plus loin que je puisse me souvenir, j'ai toujours rêvé de posséder une moto, et celle-là, c'était exactement la moto que je voudrais avoir. Les raisons pour lesquelles je n'ai jamais franchi le pas sont simples. Quand j'étais plus jeune, je n'avais pas suffisamment d'argent pour me payer un tel engin, et quand l'argent n'a plus été un problème, alors c'était ma femme qui a toujours refusée que je me promène là-dessus. Encore aujourd'hui, il arrive qu'on en discute, mais sa réponse est toujours la même. Alors j'ai toujours classé ce projet dans mon tiroir de rêves.

J'entre enfin dans le magasin et attend qu'un vendeur se libère. Je le vois au fond, il est occupé avec le propriétaire de la moto. C'est quand même facile à deviner quand on voit un gars tout vêtu de cuir et tenant dans ses mains un casque de moto !!! Alors que je m'apprêtais à quitter pour revenir un peu plus tard, j'ai entendu que la conversation prenait fin. Je me suis donc dirigé vers le vendeur et au moment où le type de la moto a passé à côté de moi, j'ai eu comme un choc. C'était André, un ami d'enfance que je n'avais pas revu depuis au moins vingt ans. La dernière fois que j'avais eu de ses nouvelles, il travaillait dans le coin d'Edmonton. Je l'ai reconnu par ses yeux. Il avait beaucoup maigri et avait le crâne rasé. Quand il m'a vu, on s'est serré très fort dans nos bras. On a discuté longuement de ce qu'on devenait, de nos familles, de nos travails respectifs. Quand je lui ai demandé pourquoi il était revenu, il m'a dit qu'il voulait finir ses jours près des siens. Je suis presque tombé par terre. Les jambes m'ont complètement lâchées. On venait de lui diagnostiquer un cancer.

On a quitté le magasin pour aller prendre un verre sur une terrasse pas loin de là. On a beaucoup parlé de sa maladie et de l'incidence que cela avait sur toute sa famille. Je ne vous raconterai pas en détail notre conversation, tout le monde connaît ou a connu quelqu'un dans cette situation. Ce que je vous dirai par contre, c'est qu'après s'être laissé, et bien sûr, s'être promis de se revoir bientôt, les choses se sont bousculées très rapidement dans ma tête. C'est comme si je venais de réaliser l'importance de réaliser ses rêves quand il est possible de le faire. De ne jamais rien prendre pour acquis. De profiter de chaque moment que l'on passe avec nos familles, nos enfants, nos amis. Rien n'est plus important que ça.